L’église

LA  VIEILLE  EGLISE :

L’église est située sur le versant ouest de la vallée, dans l’enclos paroissial servant de cimetière. Elle domine le village.

egliseDans les archives on retrouve quelques traces de l’histoire de l’édifice : en 1079, l’autel est cédé  à l’abbaye d’Anchin pat Gérard II, évêque de Cambrai et d’Arras.

Après la tourmente de 1537 qui détruisit complètement tout OURTON, l’église qui était de tout temps la chapelle du château, fût rebâtie à l’endroit où se trouve l’église actuelle.

Dans les veillées d’hiver 1851, on parlait beaucoup de la vieille église qui menaçait ruine, et on agitait la question de sa reconstruction. Comment trouver l’argent nécessaire à cette reconstruction dans une paroisse à cette époque de 376 habitants?

Le devis demandé s’éleva à 14 518 Fr 95 centimes

Dans sa réunion du 18 avril 1852, le conseil de fabrique vota 4000 Fr, espérant du gouvernement un subside de 4 000fret demandant la charge de 6 518 Fr 95 à la commune qui pouvait entreprendre aussi une souscription.

Le conseil municipal acquiesce dans sa session du 10 mai.

La souscription atteint 6 451 Fr. Alors, en aliénant 3 corps de terre et en échelonnant ses paiements sur 13 années, la fabrique versera 4 411 Fr 4; la commune donnera subsides et petits excédents des recettes; et la Préfecture presque rien.

Le 8  octobre 1853, on procède au rabais de l’adjudication de l’église. Ce sont messieurs Souillard de Bruay et Diéval de Gosnay qui obtiennent l’entreprise et s’engagent solidairement à exécuter les travaux dans l’espace d’un an, selon les plans et devis de l’architecte : M Grigny d’Arras qui surveillera les travaux avec une commission de 4 membres. Les deux entrepreneurs ont mis un rabais de 2 centimes par franc sur le dernier devis qui se chiffre à 13 484 Fr 72.

L’an 1854 voit le gros de l’édifice s’élever. Le 16 Août 1855, on approuve le plan du maître autel dresse par M de Grigny et s’élevant à 631 Fr et le 25 août, des améliorations et des aménagements à ajouter à l’église et qui coûtent 2 134 Fr 26.

Puis, le 21 février 1856, la commune emprunte 3 200 Fr et le 12 mai accepte un devis de 1 400 Fr 51 pour les derniers détails que demande l’église quasi achevée en septembre 1856. Elle aura coûté 18 202 Fr 49.

L’édifice est payé et les emprunts, qu’il a nécessité pour solde au fur et à mesure des travaux, remboursés dans l’espace de quelques années.

Terminée l’église en janvier 1857?

 Oui, mais de nombreux détails resteront à achever et il faudra aussi songer au mobilier.

Monsieur Jérôme confectionnera lui-même les armoires de la sacristie, et Monsieur Laderrière, grâce à des dons paroissiaux et étrangers, dotera la maison du Bon Dieu d’un riche mobilier (chaire, confessionnal, chemin de croix, table de communion,….) et de beaux vitraux représentant les 15 mystères du Rosaire et autres pieux sujets. Les 4 verrières du chœur -qui sont splendides et  font véritable tapis persan,  furent offertes par Mélanie Bruitte (ancienne servante de M. Dujardin) qui voulut donner toutes  ses économies, soit 1 600 Fr.

Ensuite, les prêtres desservants apportèrent à tour de rôle leur zèle pour la beauté du temple du Seigneur et la splendeur du culte.

Nous devons aussi mentionner le nom de Pierre Martin, sculpteur habile qui passa temps de jours pour tailler autels, frontons, consoles et fonts baptismaux.

Ce Pierre Martin était le fils de Benoît Martin notre compatriote qui, avec ses cousins et Delannoy d’Yzel-le-Hameau furent les principaux tailleurs de pierres et artisans occupés par nos entrepreneurs.

Son orientation était celle de l’Est (Jérusalem) et le chœur se trouvait à la place de notre chaire de vérité. Le grand portail s’ouvrait face au presbytère d’aujourd’hui, et comme dans beaucoup d’églises anciennes, on accédait dans le sanctuaire par 2 autres portes coupées dont l’une à droite donnant la sortie pour les hommes occupant le côté de l’épître, et l’autre à gauche pour les femmes occupant le côté de l’évangile.

Un beau dessin (de 0,4m x 0,3m) fait au fusain et œuvre de M. Behin, instituteur à OURTON il y a un siècle (dessin qui existe toujours !) reproduit exactement l’édifice qui ressemble beaucoup à celui de Bajus et dont se souvenaient quelques vieillards vivant en 1910.

L’église, assez petite était construite en grés. Elle avait 4 grandes fenêtres au chœur et 2 aussi sur chacun  des 2 côtés.

Le clocher n’était qu’un simple campanile quadrilatéral avec 12 petits abat-son.

Le mur actuel bordant l’ancien cimetière a remplacé d’un côté la belle clôture faite d’arbustes et de haie diffuse.

Et les fameux escaliers d’accès existaient alors comme de notre temps et aboutissaient à la grille, c’est-à-dire à une barrière rustique en bois aux 2 longues traverses. Celle-ci ne s’ouvrait que rarement et le passage se faisait par un tourniquet de chaque côté de cette barrière. D’ailleurs, 5 autres accès par petites portes donnaient passage sur le cimetière et on s’en servait pour diminuer la distance des maisons au clocher.

Que reste-t-il de l’ancienne église ?

Les grés qui ont servi aux soubassements de l’église actuelle, les 4 anges de l’autel du chœur, le crucifix qui fait face à la chaire, le tableau de Saint Vaast et la vieille serrure dont la clé pèse 650 grammes et que porte aux processions le petit Saint Pierre.

Description de l’actuelle Eglise Saint-Vaast : 

eglise 2Edifice de plan allongé. Au sud, tour clocher axiale, hors-œuvre composée en élévation d’un  porche, d’une tribune et d’une chambre des cloches. Nef à un vaisseau, flanquée de deux bas-côtés et divisée en cinq travées. Chœur au même alignement que le vaisseau central de la nef, terminé par une abside à trois pans. Deux sacristies dans les angles formés par les murs nord des bas-côtés et les murs ouest et est du chœur.

Nef couverte par une voûte en berceau brisé et fractionnée ; voûtes en demi-berceau plein-cintre sur les bas-côtés, cul-de-four fractionné sur l’abside. Les baies jumelées qui éclairent le chœur et la nef ainsi que les grandes arcades sont en arc brisé. Les doubleaux retombent sur des culots moulurés. Des colonnes monocylindriques à chapiteaux à crochets reçoivent les grandes arcades. L’ensemble de l’édifice est contrebuté part des contreforts externes.

Flèche octogonale à égout retroussé sur le clocher ; toit à deux versants sur la nef, à croupe polygonale sur le chœur.

Si on a utilisé les grés de l’ancien édifice pour le soubassement de notre église, celle-ci a été construite avec la pierre blanche et tendre qu’on trouve dans le pays. La plupart de ces grés ont été extraits à 50 mètres environ du chantier et leur extraction a laissé, à la première ferme à droite  quand on se rend à Diéval, une très grande excavation souterraine à laquelle on accède par le vieux puits.

Eglise 4La tour de l’église fait 11 mètres de haut et comporte une grande rosace qui ajoute puissamment à la beauté du monument   Elle est exhaussée par une flèche de 11 m 25 de hauteur qui montre à sa base 4 côtés de 3 m 33, donnant naissance très peu plus haut à 6 côtés hexagonaux de 1 m 47.

A l’intérieur, l’église a 11 m 25 de large (5 mètres à l’entrée du chœur proprement dit) et 23 m 90 dans toute sa longueur avec les 9 m 35 de tout le chœur.

Les 2 nefs latérales  arrivent à 6 mètres de hauteur, et la grande nef atteint 9 mètres.

Aussi, OURTON est fier de sa belle église qui accuse un style gothique impeccable.

Hélas ! Les bombardements subis en 1940 et en 1945 n’ont pas épargné ce superbe édifice.


Droits à l’image
Vous désirez faire enlever une photographie du site où vous apparaissez, ou faire disparaître votre visage, contactez-nous !

décembre, 2017

Options de tri
19déc17 h 00 min- 20 h 00 minMarché de Noël à l'Ecole
22déc14 h 00 min- 17 h 00 minNoël des Enfants
22déc18 h 00 min- 20 h 00 minNoël des Donneurs de sang
31déc - 1jandéc 318 h 00 minjan 1- 19 h 00 minRéveillon de la St Sylvestre
Vos Avis